Message du directeur général

C’est avec plaisir que je vous souhaite la bienvenue dans le site Web de l’Administration du pipe-line du Nord.

L’Administration a été constituée par la Loi sur le pipe-line du Nord (Loi) en 1978 afin de faciliter et de réglementer la planification et la construction par la société Foothills Pipe Lines Limited de la portion canadienne du projet de gazoduc de la route de l’Alaska (GRA) et d’optimiser les avantages sociaux et économiques de ses travaux de construction tout en réduisant les effets négatifs. Le pipe-line, également désigné comme le Réseau de transport du gaz naturel de l’Alaska, a été homologué en 1978 en vertu de la Loi afin de faire le transport du gaz naturel de l’Alaska et possiblement du Nord canadien dans les marchés du sud du Canada et aux États-Unis, comme il est prévu dans l’Accord entre le Canada et les États-Unis sur les principes applicables à un pipe-line pour le transport du gaz naturel du Nord.

La portion sud du pipe-line a été bâtie au début des années 80 et transporte actuellement le gaz canadien provenant de l'Ouest canadien. Des conditions économiques défavorables ont occasionné des retards dans la poursuite des travaux de la portion du nord du pipe-line. Depuis 1983, Foothills dispose d’un accord de servitude avec le gouvernement du Canada le long de la portion du Yukon du GRA. En juillet 2012, l’accord de servitude a été modifié afin de se prolonger jusqu’en septembre 2022.

En 2008, l’État de l’Alaska a concédé une licence à TransCanada PipeLines Ltd. (TransCanada), qui détient maintenant Foothills. TransCanada a poursuivi le développement de la section du nord du pipe-line. Il s’est associé à ExxonMobil en 2009 afin de former le projet de pipe-line de l’Alaska et a entrepris d’importantes études environnementales et d’ingénierie. Le 30 mars 2012, ExxonMobil, ConocoPhillips, BP et TransCanada ont annoncé qu’ils travailleraient ensemble afin d’évaluer les exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) de l’Alaska centrale du Sud comme solution de rechange au pipe-line de gaz naturel au Canada. Comme le GRA demeure une option viable pour le transport du gaz naturel de l’Alaska, l’Administration demeure préparée à mener l’examen du projet de GRA et continuera de travailler, le cas échéant, afin de satisfaire aux objectifs de la Loi et de l’Accord.

Christyne Tremblay
Commissaire