Histoire

Bâtir un héritage solide grâce à une réglementation responsable et efficace

L’Administration a de solides antécédents en ce qui a trait à la réglementation du gazoduc de la route de l’Alaska (GRA). De 1978 à 1982, elle supervise la planification et la construction de la portion canadienne du tronçon préalable (phase 1) du pipe-line de Foothills, de Caroline, en Alberta, jusqu’à la frontière canado-américaine en Saskatchewan et en Colombie-Britannique (C.-B.). En outre, l’Administration a travaillé assidûment au Yukon et dans le nord de la C.-B. à mettre en place des modalités et conditions étendues pour le tronçon nord de la route (phase 2), depuis la frontière Yukon-Alaska près de Beaver Creek jusqu’à la frontière Alberta-C.-B. près de Boundary Lake.

Depuis que le tronçon préalable est opérationnel, l’Administration continue d’avoir des responsabilités et un mandat en matière de réglementation à l’égard du GRA. Elle est responsable de la surveillance réglementaire de cinq prolongements effectués au tronçon préalable entre 1988 et 1998, le plus récent étant le dédoublement du pipe-line sur plus de 100 kilomètres, en 1998.

La Loi sur le pipe-line du Nord (la Loi) oblige spécifiquement l’Administration à prendre en considération les intérêts des peuples autochtones établis le long du corridor du pipe-line. Aussi, l’Administration a-t-elle commandé qu’on effectue l’enquête Mair dans le nord de la C.-B. afin de consulter les autochtones au sujet de leurs préoccupations socioéconomiques. Les conseils consultatifs du Yukon et du nord de la C.-B. ont parcouru la route du pipe-line pour donner de l’information et recueillir de la rétroaction relativement au GRA dans ces régions. Des représentants des Premières nations ont été nommés et sélectionnés à titre de vice-présidents de ces deux conseils.

La quantité importante d’information recueillie vers la fin des années 1970 et le début des années 1980 constitue une solide assise sur laquelle on peut se fonder pour procéder à la phase 2 du GRA.